Les pays du Conseil de Coopération du Golfe à l’Expo 2020 Dubai : représentations nationales et enjeux internationaux

Jeunes femmes émiriennes devant le signe Expo 2020 à l'une des portes d'entrée de l'exposition.
Une des portes d’entrée de l’Expo 2020 Dubai. Photo: Clio Chaveneau

Dénonçant dans son Dictionnaire des idées reçues la frénésie engendrée par les expositions universelles, Gustave Flaubert n’hésitait pas à en faire le « sujet de délire du XIXème siècle ». C’est là, sans doute, une manière assez peu flatteuse de rendre compte de l’attrait du public pour ces manifestations et des enjeux sociaux et politiques qu’elles revêtent pour les pays organisateurs et participants.

Deux siècles plus tard, Expo 2020 Dubai, première exposition universelle organisée dans la région Moyen-Orient, Afrique et Asie du Sud, n’a pas échappé à cet engouement. Elle a constitué un défi majeur pour la diplomatie culturelle des Émirats Arabes Unis, pays hôte de cette manifestation. Initialement prévue pour octobre 2020, l’exposition a été repoussée à l’hiver 2021-2022 en raison de la pandémie mondiale de Covid-19. Au-delà de ces circonstances exceptionnelles, tous les regards étant tournés vers cet État fédéral de la péninsule arabique surtout connu pour ses réserves pétrolières et gazières et son tourisme de luxe, il était crucial pour cette jeune nation de présenter une image renouvelée du pays en mettant en avant sa culture méconnue et ses ambitions régionales et internationales. 

En étant ville-hôte d’une exposition universelle, Dubaï et par extension, les EAU, renforcent leur position de nouveau carrefour économique mondial, à l’interférence entre l’Asie, l’Afrique et le Moyen-Orient, mais également un carrefour culturel, qui veut se placer sous le signe de la modernité, de la tolérance et du multiculturalisme.

L’organisation d’une exposition universelle à Dubaï est un puissant outil de soft power qui ne bénéfice pas exclusivement aux Emirats Arabes Unis, mais également aux autres Etats membres du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) qui y profitent d’une visibilité accrue. L’Arabie Saoudite a bâti le deuxième plus grand pavillon de l’Expo 2020 Dubai, après celui des EAU, avec une superficie totale de 13 059 m2 lui permettant de présenter, avec force, un visage nouveau. Un pays comme le Koweït a doublé la taille de son pavillon entre l’Expo de Milan et celle de Dubaï[1]. C’est une occasion pour ces pays de nouer des relations commerciales, de valoriser leurs atouts (commerciaux, touristiques, technologiques), mais aussi de se mettre en scène, de se raconter aux autres nations et aux visiteurs locaux et internationaux de l’Expo. Les pays du Golfe, dont les identités sont peu ou mal connues, ont ainsi l’occasion, grâce à l’Expo 2020 Dubai, de construire une nouvelle image publique auprès des visiteurs et participants à l’exposition.  

Ce sont ces représentations nationales que nous avons souhaité observer et questionner lors de nos visites aux 6 pavillons des pays du Golfe (Oman, UAE, Arabie Saoudite, Qatar, Bahreïn et Koweït) ainsi que le pavillon du Conseil de Coopération du Golfe[2] (CCG). Situés dans les différents quartiers thématiques de l’Expo (Opportunité, Durabilité et Mobilité) ainsi qu’à Al Forsan, au centre du site, les pays du Golfe, ont confectionné au fil de leur pavillon une image multiple et contrastée.

 

Si l’identité en tant que produit a fait l’objet d’une attention particulière des États membres du CCG, c’est bien en tant que processus qu’elle a été exploitée. En effet, ainsi qu’a pu l’affirmer Jacques Berque, l’identité collective, relève « à la fois de la continuité et de la transformation. […] il n’y a pas d’identité sans transformation […] Pas d’identité sans mutabilité. […] Cette identité est une totalité, […] et une combinatoire[3] ».

Afin de transformer cette identité sans l’annihiler, la stratégie des Émirats Arabes Unis et du Qatar a été de recourir aux symboles, qui ont pour avantage de condenser les temporalités. Ils constituent le médium par lequel l’histoire des communautés nationales est narrée en mobilisant les mythes fondateurs, et le vecteur par lequel les velléités de modernité des nations sont projetées. 

L’identité symbolique s’est avant tout manifestée dans l’organisation de l’exposition universelle. Se voulant une terre d’accueil et d’hospitalité, les Émirats Arabes Unis ont travaillé à réunir 192 États participants, devenant ainsi l’exposition la plus « inclusive et la plus internationale jamais organisée ». Afin de s’assurer de la participation du plus grand nombre, les Émirats Arabes Unis sont allés jusqu’à financer la construction des pavillons des pays n’étant pas en mesure d’assurer le coût économique d’une participation à une exposition universelle (Syrie, le Liban, le Yémen, l’Afghanistan ou les Bahamas)[4] ou encore les États-Unis[5].

L’identité symbolique s’est ensuite manifestée lors des cérémonies d’ouverture et de clôture de l’exposition. Loin de l’image d’une société traditionnelle renfermée sur elle-même, ces manifestations de prestige avaient pour objectif de véhiculer l’idée d’ouverture sur le monde en mettant en avant les particularités de la société émirienne d’être plurielle et multiculturelle, prônant paix et tolérance.

Cela ressort clairement des discours officiels. Le Ministre de la tolérance et de la coexistence et Commissaire général de l’exposition, Sheikh Nahyan Mubarak Al Nahyan, a ainsi affirmé dans son discours d’ouverture que “Together, we will convey, from the UAE to the world, on our 50th anniversary, a message of tolerance, coexistence and peace; a message of progress, prosperity and growth; a message of brotherhood, happiness and an unwavering will to create a brighter future for everyone[6]”. Dans le même sens, le Vice-Émir de Dubaï, Sheikh Maktoum bin Mohammed bin Rashid Al Maktoum, a clôturé en soulignant qu’« Au cours du voyage de l’Expo 2020 Dubai, nous avons dépeint au monde une version différente de l’ingéniosité qui a touché les cœurs et les esprits de chaque membre de la société. Nos fils et nos filles ont prouvé leur capacité à surmonter des difficultés et des défis sans précédent. Et à chaque instant de ce voyage, nous avons reflété les valeurs des EAU – des valeurs d’affection et d’hospitalité[7] ».

Les messages de tolérance, de coexistence et de paix ressortent également du traitement visuel du spectacle d’ouverture. Ces valeurs ont en effet été incarnées par une jeune fille de 12 ans née à Dubaï d’un père indien et d’une mère biélorusse, Mira Singh, qui a joué le rôle de « la lumière de l’espoir » lors du lancement de l’exposition. Elle est devenue le visage d’Expo 2020 Dubai et donc des Émirats Arabes Unis.

L’identité symbolique s’est enfin manifestée au plan architectural. Les pavillons des Émirats Arabes Unis et du Qatar constituent une illustration parfaite de « l’interpénétration constante du passé et du présent[8] ». Pour les concevoir, Santiago Calatrava, l’architecte des deux édifices, a puisé dans le patrimoine culturel des États et dans les armoiries nationales officialisées respectivement en 1973 et 1976 tout en y associant une interprétation de la modernité voulue par les deux pays.

Le pavillon émirien, qui se devait d’être imposant, représente un faucon prenant son envol[9]. Il s’agit là d’une référence explicite au faucon d’or, emblème national évoquant des caractéristiques de l’identité émirienne : l’attachement à la culture musulmane d’abord puisqu’il symbolise la tribu Quraish dans laquelle naquit le prophète Mahomet et ensuite l’unité de la Fédération, la queue du rapace étant composée de sept plumes représentant les sept Émirats. S’il est une référence aux traditions et valeurs de l’État, le pavillon avait également pour impératif d’illustrer les ambitions de progrès et le dynamisme du pays. Lui a donc été associée l’idée de mouvement. La prouesse architecturale tient au fait que, loin d’être statique, ce faucon de verre et d’acier déploie ses vingt-huit ailes jusqu’à 110 et parfois même 125 degrés. Il est ainsi le corollaire des valeurs contemporaines portées par le pays : celles de détermination, de force et de progrès. 

Le pavillon qatari reprend également les idées de mouvement, de tradition et de force que l’on retrouve dans l’emblème national composé de deux épées incurvées qui se croisent et entourent un boutre et une île agrémentée de palmiers. L’aspect curviligne de l’édifice rappelle les voiles des navires et renvoie aux échanges économiques que le Qatar entend privilégier avec les pays tiers conformément au Plan National 2030 de Doha. La scénographie du pavillon a bien été pensée afin de promouvoir le potentiel commercial du pays. 

De manière générale, le choix de recourir aux symboles n’est pas anodin. En raison de leur contenu sémantique pauvre[10], les stéréotypes nationaux rassemblent et fédèrent les individus en évitant tout conflit d’interprétation, ce qui participe à renforcer le sentiment d’appartenance à la communauté nationale. Qui plus est, au plan international, ce sentiment d’appartenance « donne aux membres de la nation un statut symbolique qui s’ajoute au statut que donne l’influence économique, politique, militaire, diplomatique ou culturelle[11] ». Cela participe du processus de redéfinition de l’identité collective. Les États infléchissent cette image exotique qui leur est associée pour en projeter une nouvelle, celle d’une nation unie, attachée à ses racines mais ancrée dans la modernité. 

Pour leur part, le Sultanat d’Oman et le Royaume de Bahreïn ont opté pour une mise en lumière de leur identité territoriale, certains diront géographique. La conception des pavillons repose en effet sur l’exploitation des spécificités de leurs espaces.

Le Royaume de Bahreïn qui compte 2052 habitants au mètre carré a par exemple choisi de mettre en scène la notion de densité. Son pavillon[12], en forme d’immense cube d’aluminium et dont l’entrée se fait par un tunnel souterrain, est conçu comme un grand espace ouvert où une centaine de barres en acier s’entrecroisent à différents endroits, créant de multiples discontinuités de l’espace.

Intérieur du pavillon du Bahreïn. Photo : Clio Chaveneau

Avec une superficie totale de 765 km2, cet État insulaire se classe en effet au quatrième rang des pays les plus densément peuplés du monde. Loin d’être une contrainte, le Bahreïn a choisi de faire de cette donnée une opportunité en faisant reposer son développement sur la diversité de sa population, dont plus de la moitié est composée d’expatriés provenant principalement d’Inde, des Philippines, du Pakistan et du Sri Lanka. Se détachant par ailleurs de l’image d’une monarchie pétrolières qui vit de ses rentes, le Royaume de Bahreïn a choisi d’exposer la richesse de son patrimoine (perles, tissage, art culinaire) au travers de ses artistes contemporains et de se présenter comme une terre d’innovations, de commerce et d’entreprenariat. 

Le Sultanat d’Oman, lui aussi pourtant fortement dépendant de l’extraction pétrolière et gazière, a opté pour une mise en valeur d’un aspect différent de son identité. Sa présentation s’articule en effet autour d’une autre de ses richesses naturelles qui est l’arbre d’encens appelé Luban. Le public est ainsi invité à apprécier, à travers le cycle de vie végétal, les opportunités de croissance, de commerce et d’industrie du pays. 

Alors que l’édifice du pavillon réalisé par le cabinet d’architecture F&M Middle East reprend la forme du Luban[13] et que l’on pouvait peut-être s’attendre à ce qu’il s’inscrive dans la thématique de la durabilité, les autorités omanaises ont préféré l’ancrer dans celle de la mobilité. L’ambition du Sultanat d’Oman était en effet de se positionner comme un acteur important de la préservation des ressources naturelles, notamment au plan régional, en partageant son expérience au travers de l’exposition d’une forêt digitale d’arbres d’encens retraçant huit expériences différentes de durabilité. En cela il répond parfaitement au slogan de l’Expo 2020 Dubaï, « Connecting Minds, Creating the Future ». 

Au travers de l’exploitation du Luban, le pays à la géographie relativement aride, a souhaité montrer toutes les opportunités en matière d’alimentation, de recherches médicales et cosmétiques mais aussi de commerce qu’il est possible de développer. 

Partant de son identité territoriale, le Sultanat d’Oman a ainsi véhiculé l’image d’un État ambitieux, à la pointe de l’innovation technologique. Preuve en est le Harvest, un espace contemporain à la conception futuriste, qui fait une analogie entre d’une part une économie omanaise basée sur la connaissance et l’innovation et d’autre part des gousses d’encens censées illustrer les différentes manières de nourrir, de récolter et de partager des idées exceptionnelles. 

Le Royaume d’Arabie Saoudite et l’État du Koweït ont quant à eux préféré mobiliser de manière très sélective leur histoire pour construire un culte de la modernité. Les processus expositionnaires des deux pays montrent une volonté politique forte de convoquer le passé pour soutenir une identité nationale qui tirerait sa légitimité de leur ancienneté historique. La présentation des artefacts du passé et de la richesse du patrimoine, notamment pré-islamique, permet d’attirer le public et de le séduire pour in fine lui présenter une modernité autre qu’industrielle ou post pétrole. L’identité historique vient ainsi soutenir et nourrir l’identité nationale. 

Cette stratégie renvoie à une conception particulière de la nation qui a notamment été synthétisée par Ernest Renan pour qui elle « est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n’en font qu’une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs ; l’autre le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis. […] Avoir des gloires communes dans le passé, une volonté commune dans le présent ; avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore, voilà les conditions essentielles pour être un peuple[14] ». L’histoire et l’ambition nationale constituent bien le ciment qui fédère les individus et façonne leur identité.

Ces deux éléments ont très largement été exploités par les deux monarchies. Si les mises en scène des pavillons débutent par une référence à l’histoire (patrimoine archéologique et culturel remontant à plusieurs milliers d’années pour le Koweït avec notamment une présentation des inscriptions d’Ikaros et le site d’Al-Ula, héritage du Royaume nabatéen pour l’Arabie Saoudite) ce n’est que pour mieux servir l’affichage des ambitions nationales telles qu’elles sont respectivement décrites dans les politiques de développement Saudi Vision 2030 et Kuwait Vision 2035. Ainsi, l’Arabie Saoudite présente quatre méga-projets touristiques et résidentiels entrepris par le Royaume (Qiddiya, the Red Sea Development Company, NEOM, and Roshan).

 

A la pointe de la technologie et de l’innovation[15], les pavillons largement composés de panneaux interactifs donnent à apercevoir l’avenir, non seulement pour la population des deux États, mais aussi et plus globalement pour l’humanité. L’Arabie Saoudite et le Koweït, qui ont respectivement investi les thématiques de la durabilité et de l’opportunité, ont proposé des parcours « incarnant une ambition audacieuse da façonner le monde pour le mieux[16] », selon les propos de Hussain Hanbazazah, Commissaire général du pavillon du Royaume d’Arabie Saoudite.

Il est intéressant de noter que les expositions des pays membres du GCC ont cela de commun d’avoir raconté une version idéalisée de leur histoire. Le pavillon des Emirats Arabes Unis offre un bel exemple de cette reconstruction narrative, où le pays prend ses racines dans la culture bédouine et du désert, avec des images et vidéos d’archives projetées sur des dunes magnifiquement reconstituées dans la première partie du pavillon, « Desert of dreams ».

Le désert est à nouveau mis en avant comme terreau de la nation dans le film d’animation diffusé dans l’une des salles du pavillon. Si l’Océan et la pêche des perles sont évoqués, c’est du désert qu’émerge comme par magie, les dirigeants des sept émirats et s’en suit l’union et le développement du pays. Tout comme dans les autres pavillons, les références au passé colonial ou encore au développement économique engendré par l’exploitation du pétrole sont absentes ou alors traitées avec parcimonie. L’idée était de montrer que leur identité et leur développement ne se limitent pas à l’exploitation de cette richesse naturelle. Même s’il s’agit d’États relativement nouveaux, il était primordial de montrer qu’ils sont riches d’une histoire et de traditions ancestrales. La découverte de l’or noir semble à ce titre anecdotique. Résolument tournés vers l’avenir, ils ont voulu promouvoir l’image de nations dynamiques, innovantes et qui ont pour souci d’œuvrer pour le bien commun. 

Signe distinctif peut-être, les Émirats sont le seul pays du Golfe à avoir mis en avant sa population, citoyens émiriens ou résidents étrangers, tout au long de son pavillon. Si les habitants sont absents des pavillons qatari, saoudien ou encore omanais, dans celui émirien, nombreuses sont les photographies sur les écrans où l’on peut distinctement voir la diversité ethnique et culturelle des habitants, proposant ainsi un modèle sociodémographique où l’ambition commune du développement et de la prospérité nationale serait le vrai ciment social, et non pas une unité ethnique ou linguistique. Dans le couloir menant à la salle de cinéma, des photographies présentent des familles, tout sourire, de différentes ethnicités et compositions, chacune contribuant au projet national par sa présence et son activité professionnelle (ambulancière, agriculteur, biologiste, commerçant, etc.).

 

En tant qu’organisation régionale, le Conseil de Coopération du Golfe à lui aussi participé à l’Expo 2020 Dubai. Là encore l’identité a été la pierre angulaire de la présentation. Si l’organisation a retracé les dates importantes de sa création et de son histoire, elle a surtout insisté sur l’unité de ses membres. L’identité symbolique a été une fois de plus invoquée. Toutes les installations abstraites du pavillon, qu’il s’agisse du tissage de fils dorés ou du pendule géant dessinant sur le sable, dans un mouvement continu, un cercle illustrant les liens forts qui unissent les États, tendent à montrer qu’ils ne forment qu’une seule entité.

Alors que le pays hôte, par la voix du Sheikh Nahyan Bin Mubarak Al Nahyan, a fait l’éloge du CCG en soulignant son « désir sincère de maintenir l’héritage khaleeji et de travailler davantage pour les relations stratégiques et fraternelles pour un avenir meilleur », le Secrétaire général du Conseil de Coopération du Golfe, Nayef Falah Al-Hairaf, n’a pas hésité à parler de « peuple » du CCG comme représentation essentielle de l’identité unifiée de ses États membres[17]. Pourtant, bien qu’elles soient tues dans le pavillon, cette unité a été rudement mise à l’épreuve ces dernières années en raison des tensions politiques entre les trois principales puissances du CCG, ayant conduit à l’isolement du Qatar dans la région. Expo 2020 Dubai offre ainsi l’occasion de mettre en avant une forme d’unité géographique et culturelle de la région, ainsi qu’une vision partagée du Golfe du futur, où la technologie – développée grâce à la manne financière des hydrocarbures – viendra résoudre les défis environnementaux et sociaux qui nous attendent.


[1] Source: https://www.khaleejtimes.com/expo/expo-2020-dubai-uaes-triumph-is-gccs-success-says-kuwaiti-pavilion-director

[2] Visites de terrain réalisées en Janvier et Février 2022 par les auteures du billet.

[3] Berque J., « Identités collectives et sujets de l’histoire », in Michaud G. (éd.), Identités collectives et relations interculturelles, Bruxelles, Éditions Complexes, 1978, p. 14.  

[4] Source : https://www.arabnews.com/node/1971421/middle-east

[7] News Agency – WAM, Communiqué de presse, « Mohammed bin Rashid déclare au public lors de la cérémonie de clôture de l’Expo : Les EAU continueront à connecter les esprits et créer l’avenir »,31/3/2022. Article disponible à l’adresse suivante : https://wam.ae/fr/details/1395303036645

[8] Picon A., « Expositions universelles, doctrines sociales et utopies », in Carré A.-L, et al. (dirs.), Les expositions universelles en France au XIXe  siècle. Techniques. Publics. Patrimoines, Paris, CNRS Éditions, Coll. « Alpha », p. 46. 

[9] Pour une étude approfondie du pavillon émirien, Issaikina S., « Le pavillon des Émirats Arabes Unis à Dubaï Expo 2020 « Connecting Minds, Creating the future », in Regards intérieurs, Mars 2022, billet disponible à l’adresse suivante : https://regardsinterieurs.hypotheses.org/344.

[10] Canivez P., « L’identité nationale entre symboles et forme de vie », in Canivez P., Nouvelles figures de l’État. Violence, droit et société, Arnaud François (Ed.), 2011, p. 18. 

[11] Ibid, p. 17. 

[12] La conception du pavillon a été confié à un architecte suisse, Christian Kerez.

[13] Source: https://www.arabnews.com/node/1975621/middle-east

[14] Renan E., Qu’est-ce qu’une nation?, Paris, Éditions de la République des Lettres, 2012, 35 p. 

[15] Le pavillon saoudien détient trois records du monde Guinness pour la plus longue pièce d’eau interactive à la pointe de la technologie, le plus grand écran miroir à LED et le plus grand sol d’éclairage interactif.

[16] Proctor R-A., « Promenade exclusive dans le pavillon saoudien à l’Expo 2020 Dubaï », Arab News, 1er octobre 2021. Article disponible à l’adresse suivante : https://www.arabnews.fr/node/149066/monde-arabe

[17] News Agency – WAM, Communiqué de presse, “Gulf Cooperation Council celebrates ‘Honour Day’ at Expo 2020 Dubai”, 17/3/2022. Article disponible à l’adresse suivante: http://wam.ae/en/details/1395303030741

Cite this article as: Maïa Hamrouni et Clio Chaveneau, "Les pays du Conseil de Coopération du Golfe à l’Expo 2020 Dubai : représentations nationales et enjeux internationaux," in Regards intérieurs, 15/04/2022, https://regardsinterieurs.hypotheses.org/489.


Maïa Hamrouni et Clio Chaveneau

Maia Hamrouni est Professeure Assistante de Droit et Clio Chaveneau est Professeure Associate de Sociologie, à la Sorbonne Université Abu Dhabi.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search