La question ukrainienne, un enjeu pour l’Europe

Image d’illustration libre de droit (Pixabay License)

L’offensive russe déclenchée le 24 février 2022 contre l’Ukraine risque d’aggraver une situation militaire et économique dont les conséquences restent difficiles à prévoir. L’extension du conflit pourrait embraser l’Europe sur fond d’implication directe des grandes puissances.

Un premier enjeu d’ordre politique et géostratégique, mettant en cause le territoire ukrainien déjà amputé des deux « républiques » du Donbass et de la Crimée depuis 2014, accroît l’éventualité d’une guerre multilatérale. L’impact économique direct ou indirect sur toutes les parties prenantes au conflit constitue le second enjeu auquel les États devront faire face.

Situation géostratégique de l’Ukraine

Aux confins de l’Europe occidentale, l’Ukraine présente des réserves importantes de minerais et de gaz de schiste ainsi que des productions apicoles et de blé non négligeables. Elle possède également le plus grand réseau de gazoducs d’Europe et d’un parc nucléaire considérable. Elle est en outre considérée comme un des plus grands exportateurs mondiaux de fer, d’argile, de titane de minerais et concentrés métallurgiques.

L’Ukraine connaît depuis 2009 de graves problèmes avec la Russie en raison des prix du gaz qui lui sont très défavorables. Cette situation a conduit les autorités ukrainiennes à conclure un accord d’association avec l’UE lui octroyant des conditions plus avantageuses au regard de sa politique gazière.

La Russie voyait ce rapprochement d’un mauvais œil. Estimant que les relations économiques, industrielles et stratégiques entre les deux États étaient complémentaires, il lui paraissait en effet impossible que l’Ukraine entreprenne une quelconque ouverture vers l’Europe qui pourrait ébranler ce « partenariat ».

Face à la situation préoccupante de l’Ukraine, la Russie n’a pas été d’un grand soutien. Le pays se dirigeait pourtant vers une faillite, enlisé dans ses endettements extérieurs et confronté à d’importantes échéances pour le remboursement de ses prêts. Au contraire, profitant de cette instabilité économique qui a entrainé une fragilité politique, la Russie a annexé la Crimée en 2014 et a reconnu en février 2021 l’indépendance des entités sécessionnistes de Lougansk et de Donetsk dans la région de Dombass à l’Est du pays.

L’inaction des États occidentaux et de l’Europe en particulier a laissé le champ libre à Vladimir Poutine pour attaquer l’Ukraine le 24 février 2022.

La communauté internationale ne pouvant accepter cette violation flagrante des principes du droit international ainsi que de l’Acte final d’Helsinki et de son Décalogue, des sanctions ont été prononcées à l’encontre de personnalités russes et séparatistes ukrainiennes soutenant le régime de Vladimir Poutine. 

Les tensions sont exacerbées. La Russie souhaite une démilitarisation de l’Ukraine et sa renonciation à rejoindre l’OTAN ainsi que la reconnaissance par l’Ukraine de l’indépendance du Dombass et de la Crimée. Des positions qui n’ont pas les faveurs de l’Europe de l’Ouest.

Le monde occidental qualifie cette invasion comme la plus grave atteinte à l’intégrité territoriale et à la souveraineté d’un Etat sur le continent européen depuis la deuxième guerre mondiale – violation de l’article 2, paragraphe 4 de la Charte de l’ONU qui consacre les principes de l’inviolabilité des frontières, du respect de l’intégrité du territoire et de l’interdiction de recours à la force dans les relations entre Etats –.

La Russie, poids lourd de l’approvisionnement européen en hydrocarbure, étant le troisième producteur mondial de pétrole brut après les États-Unis et l’Arabie Saoudite et le deuxième exportateur de pétrole, le conflit impactera négativement le coût du brut par une flambée du prix du baril. Dans ce cas de figure, la Russie serait obligée de baisser sa production et par conséquent ses stocks en brut. Le pétrole sur les marchés internationaux deviendrait plus rare et donc plus cher. Cela impacterait sans nulle doute la facture des multinationales qui s’approvisionnaient en Russie et bloquerait ainsi la production et la reprise, d’autant plus qu’en 2022, le coût du baril a augmenté de plus de 20% sur les échanges internationaux. Un choc pétrolier est donc à prévoir.

Le conflit entre la Russie et l’Ukraine a mis sous pression le marché de l’énergie et des matières premières. La crainte d’une rupture des livraisons de pétrole russe, en raison d’un embargo contre la Russie, a déclenché une envolée du prix du brut[1] d’une ampleur presque identique à celle de 1973.

Toujours incontournable malgré l’essor des énergies renouvelables, le pétrole fournit encore un tiers des besoins mondiaux en énergie, ce qui justifie la hausse des coûts de l’énergie, le pétrole ayant déjà augmenté de plus de 20% contre plus de 80% pour le prix du gaz.

Il en va de même avec un certain nombre de métaux pour lesquels la Russie est un producteur majeur comme le palladium, le vanadium et le titane des métaux indispensables pour les industries automobiles et aéronautiques.

L’Ukraine est de son côté un gros exportateur de blé et 36% des échanges mondiaux de blé de même que 80% de l’huile de tournesol passent par la Mer Noire.

Les chaînes d’approvisionnement vont subir de nouvelles désorganisations qui vont générer la hausse des coûts de production.

Grand nombre de sous-équipementiers de l’industrie d’Europe de l’Est sont installés en Ukraine et ne peuvent plus fournir leurs clients européens. Cela oblige les filiales d’entreprises européennes installées en Russie (et la réciproque est vraie) à fermer.

Les coûts de transport devraient obligatoirement augmenter notamment le fret aérien, le fret maritime, au-delà des interdictions de survol de la Russie.

La guerre en Ukraine va ainsi générer simultanément un choc de demande et un choc d’offre qui vont se renforcer mutuellement dans leur impact négatif sur l’ensemble de l’activité économique. Le choc de demande a un effet dépressif sur les prix alors que celui de l’offre un impact inflationniste, bien que ce dernier pourrait être plus agressif.

L’Europe se trouve ainsi confrontée à une situation économique complexe du fait que le choc d’offre entraîne avec lui le difficile arbitrage entre l’inflation et le chômage, sachant que l’Europe envisage, suite à la crise du Covid 19, un contexte d’inflation de 5.8% et un endettement public élevé (100% du PIB dans la zone euro) qui ne peut être réduit de sitôt. La Banque Centrale Européenne (BCE) ne peut dans un tel contexte soutenir la relance de l’activité économique et l’endettement en maintenant son taux directeur à zéro et son programme de rachat d’actifs. Cela aura pour conséquence d’impacter le pouvoir d’achat des classes moyennes et populaires. Cet arbitrage pourrait néanmoins changer si la situation de conflit avec la Russie devrait s’étendre et tourner à la course aux armements.

La priorité politique s’orienterait vers le soutien de l’activité économique et de la défense[2].

  • Sanctions et répercussions économiques sur les parties au conflit

Le conflit russo-ukrainien a et aura des répercussions sur l’économie mondiale notamment sur le prix des matières premières, mais aussi en raison de l’éventuelle exclusion de la Russie du réseau swift et de son isolement économique.

L’économie russe dépend de l’exportation de matières premières. Le secteur représente 60% des exportations russes. La Russie, premier producteur mondial de blé – l’Ukraine est cinquième – un des plus importants exportateurs de pétrole, fournit environ 40% du gaz européen et produit d’importantes quantités de métaux : elle est le premier producteur de palladium, utilisé pour la construction des pots catalytiques des voitures, le deuxième producteur d’aluminium et de nickel et le septième producteur mondial de cuivre. L’Ukraine, quant à elle, est le premier producteur mondial de maïs.

Le baril de pétrole a dépassé les 120 US$, le tonne de blé a atteint un niveau record de plus de 350 € la tonne et le prix du gaz naturel fait des bonds quotidiens à raison de grands pourcentages quotidiens (parfois 40% en une journée).

Paradoxalement, c’est un avantage pour la Russie, puisque l’Europe n’a pas encore arrêté l’importation des matières premières russes. Une procédure alternative qui rendrait l’Europe moins dépendante de la Russie en matières premières serait en effet le recours aux USA, à l’Arabie Saoudite et d’autres Etats de l’OPEP pour la fourniture de l’hydrocarbure et du gaz nécessaires.

L’une des sanctions est l’exclusion de la Russie du réseau swift – acronyme de « Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication »[3]. L’exclusion de la Russie de ce réseau de communication swift rendrait difficile et coûteux les transactions financières pour les entreprises russes. Cela aurait des conséquences sur les exportations de matières premières russes et de gaz notamment et pourrait provoquer une hausse des prix de l’énergie.

l’UE a d’ores et déjà confirmé que sept banques dont la deuxième plus grande, VTB, sont exclues du système de messagerie swift, rouage-clé de la finance internationale – cette mesure a pour l’heure épargné la première banque russe Sterbank, dont la filiale européenne a déposé le bilan de même que Gazprombank, bras financier de Gazprom.

Les émetteurs américains de cartes de paiements Visa, Master et American Express ont aussi annoncé des mesures pour empêcher des banques russes d’utiliser leur réseau.

Une autre crainte est que certains membres du G7, européens en particulier, redoutent la création de systèmes de paiement rivaux en coopération avec la Chine qui n’utiliseraient pas le dollar américain. Ce qui est à notre avis aléatoire pour le moment faute de pouvoir mettre sur pied un réseau aussi puissant que le swift.

Dans ce cas, si la Russie venait à être isolée économiquement sur l’échiquier international, les conséquences se feraient sentir principalement sur le prix des matières premières en provoquant des ralentissements dans leurs productions. Il n’en demeure pas moins que la position américaine qui ne cherche pas pour le moment à s’engager directement dans le conflit impose déjà des restrictions sur la vente de technologies de défense américaines aux entreprises russes[4].

Les américains de concert avec le G7 et l’Union Européenne, ont décidé d’exclure Moscou du régime normal de réciprocité régissant le commerce mondial, ce qui ouvre la voie à l’imposition des tarifs douaniers punitifs en réponse à l’invasion de l’Ukraine.

Cet accroissement de pressions économiques sur la Russie isolerait d’avantage cette dernière sur la scène mondiale.

Des mesures punitives supplémentaires ont été prises par les États-Unis portant sur l’interdiction d’importation de « secteurs phares de l’économie russe, notamment les produits de la mer, la vodka et les diamants ». Dans la foulée de ces sanctions, les américains ont annoncé aussi l’interdiction des exportations de produits de luxe dont les bijoux, voitures, vêtements et antiquités à destination de la Russie (et de la Biélorussie). Par ailleurs, des géants de l’économie américaine – tels Exxon Mobil, Appel, Boeing ou Ford – ont coupé les ponts avec la Russie.

Outre le recours aux sanctions qui visent à asphyxier l’économie russe, les Etats-Unis et leurs alliés européens s’efforcent également d’aider l’Ukraine tout en évitant une implication des Etats membres de l’OTAN afin d’éviter une guerre directe au sein de l’Europe qui risquerait d’entraîner les parties dans une guerre nucléaire[5].

La crainte chez beaucoup d’observateurs est que Poutine est plus préoccupé par les opérations militaires qui se déroulent en Ukraine que par l’économie de son pays. D’ailleurs depuis quelques temps, l’économie russe est en régression puisqu’elle est passée du huitième rang de l’économie mondiale en 2013 au onzième rang avec une diminution de son taux de croissance annuel depuis dix ans.

Cette préoccupation militaire intense de la Russie pousse les Européens à se réarmer, pour être plus autonomes et ne plus dépendre uniquement de la protection de l’OTAN. En revanche les 27 Etats de l’UE ont décidé du soutien politique et matériel à apporter à l’Ukraine, sans se retrouver « parties prenantes » au conflit car inquiets face à la menace russe d’un recours aux armes chimiques alors que les américains ont décidé l’envoi d’armement à Kiev, notamment des missiles antichars et antiaériens.

Il est en outre à noter que la Russie dispose de la première réserve mondiale mouvée de gaz et est également le premier exportateur de gaz au monde. Les énergies fossiles constituent depuis plus d’une décennie pratiquement le quart des recettes budgétaires du pays. L’enjeu majeur pour la Russie consiste par conséquent à maintenir ses parts de marché dans ses grandes zones d’export. Les États-Unis, importateurs nets de gaz depuis 2016, sont devenus le premier exportateur mondial de gaz naturel liquéfié (GNL). Il ne reste par conséquent que deux zones où la Russie peut prétendre exporter son gaz : l’Europe et l’Asie[6].

L’Europe reste de loin la première destination à l’exportation de gaz russe[7], et la dépendance s’explique par une politique d’approvisionnement favorable aux gazoducs plutôt qu’au gaz naturel liquide (GNL).

Afin de diminuer cette dépendance, l’Union européenne mise progressivement sur le développement des énergies renouvelables, dont il faut pallier l’intermittence de fait notamment, lorsque en absence de vent, les éoliennes ne produisent pas suffisamment d’électricité.

Il lui est donc nécessaire de compenser les périodes de sous-production du parc renouvelable par des centrales thermiques (gaz, pétrole, charbon et nucléaire) au-delà de l’énergie photovoltaïque (qui malheureusement nécessite aussi suffisamment de rayons solaires).

Toutefois un groupe de chercheurs a estimé que pour préparer les hivers prochains – à partir de 2023 – et assurer sa sécurité énergétique, l’Europe devrait stocker du gaz. Une opération de quelques 70 milliards d’euros au cours actuel contre 12 milliards d’euros pour les années précédentes ; reste une inconnue de taille, celle de l’impact d’une guerre des prix avec les autres consommateurs de GNL, notamment les pays asiatiques[8].

Si l’entrée en conflit n’a pas provoqué pour l’heure d’interruption totale des importations du gaz et de pétrole depuis l’Europe, elle a par contre bloqué la totalité des livraisons de grains ukrainiens (blé, maïs, tournesol) qui transitent à 95% par les ports de la mer noire.

Les impacts sur le marché des maïs dépendent pour l’essentiel de l’Ukraine qui fournit chaque année de l’ordre de 15% du marché mondial, alors que la Russie est un exportateur secondaire. La situation de ce marché est plus tendue que celle du blé, surtout à la suite des sécheresses affectant les productions de Porésifs et de l’Argentine.

Au-delà de ces effets directs sur l’équilibre offre-demande de grains dans le monde, le conflit ukrainien aurait déclenché une spirale de hausses des coûts de production agricoles.

Avec l’augmentation des prix de carburant et de céréales et suite au soutien massif à l’économie face à la pandémie de Covid 19, miser sur un possible relèvement des taux directeurs par la Banque Centrale Européenne reste aléatoire. Avec une guerre aux portes de l’Europe et les sanctions prises contre la Russie, le risque de stagnation économique a « clairement augmenté ». L’inflation européenne va continuer d’augmenter avec les prix du pétrole qui ont atteint 130 dollars le baril et les prix des céréales qui ont également grimpé en flèche, sans aucun signe de désescalade des tensions entre l’Occident et la Russie concernant les sanctions.

Les autorités russes tentent de leur part d’éviter hémorragie financière et panique : le rouble a perdu en quelques jours plus d’un tiers de sa valeur en devises. Emplois, salaires et prêts bancaires sont potentiellement menacés[9].

A la question posée par l’Orient-le-Jour, en date du 3/3/2022 – quotidien à plus grand tirage francophone du Liban, voire au Moyen-Orient – à J.M. Guéhenno, ancien secrétaire adjoint de l’ONU, sur « comment le conflit ukrainien peut-il reconfigurer l’ordre international », il répondit que la dépendance de la Russie à l’égard de la Chine va s’accroître, ce qui ne va pas faire plaisir à beaucoup de Russes. L’Europe va graduellement diminuer sa dépendance énergétique envers la Russie et adopter une vision plus stratégique des relations internationales y compris avec la Chine; elle va renforcer ses capacités militaires et les liens avec les États-Unis. Pour l’Europe, c’est un enjeu existentiel.


[1] Le brut est passé de 91 US$ à 130 US$ et le prix spot du gaz en Allemagne est passé de 95 €/MWh à plus de 175 €/MWh.

[2] Ce conflit croissant va obliger plus d’un Etat européen à réviser leurs arbitrages budgétaires en termes de défenses militaires pour moderniser leurs armements stratégiques ; ce qui renforce le poids des Etats dans l’économie.

L’Allemagne a déjà annoncé un objectif budgétaire de dépenses militaires de l’ordre de 2% de son PIB comparé à 1.2% par an dans la décennie 2010-2020.

[3] Il s’agit d’une société privée belge créée en 1973 qui rassemble plus de 11000 établissements bancaires à travers le monde au sein d’un réseau de messagerie sécurisé dédié aux opérations financières. Ce réseau sert notamment à transmettre des ordres de paiement. En 2021, le réseau a transmis près de 11 milliards d’ordre de paiement.

[4] Isolée du monde occidental, la Russie pourrait revenir à son principal partenaire commercial la Chine. Au-delà d’un contrat d’approvisionnement en gaz record de 400 milliards sur trente ans conclu en 2014 avec la Chine, les deux États se sont rapprochés lors des exercices militaires communs en mer du Japon en 2021. La Chine est toutefois restée discrète vis-à-vis de l’invasion de l’Ukraine pour plus d’une raison : « Tout d’abord parce qu’elle a Taïwan en ligne de mire et ensuite parce qu’elle attend de voir l’étendue des sanctions, ne voulant pas se mettre l’Occident à dos » selon Anne-Sophie Alsif, chef économiste chez BDO France et professeur d’économie à la Sorbonne.

[5] En revanche le Congrès américain a voté une enveloppe de près de 14 milliards de dollars pour la crise ukrainienne. Le Royaume-Uni a en outre décidé de sanctionner 386 élus russes ayant soutenu l’invasion de l’Ukraine tandis que le Canada a ciblé des oligarques.

Le G7 a toutefois exhorté la communauté internationale à éviter toute mesure limitant les denrées alimentaires.

[6] Consciente de sa dépendance à l’Europe, la Russie a également prévu d’augmenter ses exportations de gaz vers l’Asie. Cette orientation stratégique s’est traduite par la construction finalisée en 2009 du projet Sakhaline 2 (sur l’île de Sakhaline dans l’Extrême-Orient russe) permettant la production du gaz et l’exportation du GNL afin de servir le marché asiatique.

[7] Les importations venues de Russie représentent 65% de la consommation de gaz de l’Allemagne, 29% pour l’Italie et 19% pour la France.

Cette dépendance s’explique pour partie par une baisse de la production européenne de gaz, qui a chuté en moyenne de 47% entre 2017 et 2020 (Norvège exclue). Cette diminution est la conséquence de la fermeture progressive du gisement de Groningue aux Pays-Bas et de travaux de maintenance au Royaume-Uni.

[8] L’Allemagne, pays le plus touché par cette crise et faute de pouvoir compenser entièrement le gaz russe par d’autres fournisseurs, ménages et entreprises « devrait accepter une baisse de l’approvisionnement de 30% », soit environ 8% de la consommation énergétique totale de l’Allemagne, selon une étude faite par un groupe d’économistes de renom.

D’après le modèle macro-économique utilisé, le PIB de l’Allemagne pourrait reculer de 0.2% à 3% et les sanctions coûter à chaque allemand entre 80 et 1000 euros par an en fonction de la manière dont le gaz russe peut être remplacé.

[9] La fermeture de deux médias indépendants de renom, la radio Echo de Moscou et la télévision en ligne Dojd, illustre quant à elle un nouveau tour de vis pour faire taire les dernières voix dissidentes et sources d’information alternatives sur le conflit.


ranahusseini

A- Experience 1-September 2014 – till present: Sorbonne University – Abu Dhabi Law, Economics and Management Department & LEA Department – Masters / bachelor : International Business Position Title: Assistant Professor 2-October 2001 – till 2015: Saint Joseph University (USJ) –Beirut, Lebanon Faculty of Business and Management & Faculty of Letters & Human Sciences. Position: Assistant Professor 3-October 2008 – June 2009: La Sagesse University – Beirut, Lebanon Faculty of Business & Management Position: Assistant Professor 4-January 2008 – 2014: Ahli International Bank S.A.L. Head Office – Bab Idriss, Beirut, Lebanon Position: Manager / Credit Approval Department. 5-December 2003 – December 2007: Crédit Libanais S.A.L. Head Office – Sassine, Lebanon Position: Relationship Manager – Credit Department. 6-October 1998 – April 2003: Banque Libanaise pour le Commerce S.A.L. Mazraa Branch: January 2001-April 2003. Position: Commercial Supervisor B- Education 2013: PHD in Business Sciences and Management “The impact of the standardization of the principles pertaining to the risk management as applied to the Lebanese banking sector. St Joseph University (USJ), Beirut, Lebanon 1997–2000: Post Graduate Diploma (DEA) of Finance Degree in Business Administration, St Joseph University, Beirut, Lebanon. Thesis: Retail Banking. 1996–1997: Masters in Banking & Finance Degree in Business Administration, St Joseph University, Beirut, Lebanon. 1993–1996: Bachelor Degree in Business Administration, St. Joseph University, Beirut, Lebanon 1993: Lebanese Baccalaureate – Experimental Sciences, St. Joseph de l’Apparition School, Beirut, Lebanon. C- Seminars / Training Attended lots of seminars & trainings D- Languages Arabic, French & English

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search