La précaire restructuration économique d’un « Etat défaillant » : Cas du Liban

Bien que la situation économique du Liban se soit rétablie après la guerre civile (1975-1990), le pays a connu depuis 2011-2012 une chute progressive de son économie. Cela a entrainé l’éclatement de la bulle en 2021. Un phénomène de paupérisation a ainsi touché pratiquement plus de 80 % de la population libanaise.

Une étude sur le terrain était impérative afin de détecter cet effondrement et trouver des solutions de sortie de crise qui sont difficiles à réaliser tant que les axes politico-confessionnels continuent de croiser le feu entre eux.

À l’impact négatif du PIB, l’hyperinflation galopante, l’insuffisance des réserves de change auprès de la Banque Du Liban (BDL) qui ne répondant plus à la stabilisation de la monnaie locale, au-delà d’un profil conjoncturel des différents secteurs productifs en récession, est venue s’ajouter un effondrement quasi total du secteur financier. Plusieurs tentatives ont été faites afin de pouvoir déterminer la répartition des pertes entre l’État, la Banque Centrale et les banques commerciales mais cette dernière n’a pu être déterminée jusqu’à ce jour.

La confusion dans le calcul des pertes est due entre autres au différentiel du taux de change par rapport au dollar américain. Le taux officiel étant de 1507 LL, des plates-formes ont été créés par la Banque Centrale afin de déterminer plusieurs taux de change sur des  produits différents qui étaient d’une façon ou d’une autre subventionnés par cette dernière. Une perte de plus de quinze milliards de dollars américains a été enregistrée en moins de deux ans faute de pouvoir contrôler la fraude, la malversation et la contrebande dans la  réexportation des mêmes produits subventionnés, au-delà d’un marché parallèle qualifié de – marché noir – incontrôlable par les autorités monétaires et dont le taux détermine à lui seul  la vraie valeur des taux de change (au moment de la rédaction de ce travail le dollar est au-delà de 30 000 LL pour un seul dollar américain )[1].

Cet effondrement s’est avéré être le résultat de l’excédent de dépenses de l’État et des contractions des recettes budgétaires. Ceci étant dû aux dépenses exorbitantes engagées par l’Etat sans aucun contrôle des autorités compétentes : le regorgement des fonctionnaires (politiques), le surpassement des crédits , les contrats immodérés dans le fonctionnement de l’électricité (plus de 40 milliards de dollars américains au cours des dernières années pour une fourniture d’électricité de deux heures sur vingt-quatre), les dépenses superflues des voyages et des publicités, les gratifications à des milliers d’associations virtuelles, la dilapidation des fonds publics.  Autant d’aléas qui ont fait que le budget de l’État s’est retrouvé déficitaire durant toute cette période à plus de cinq milliards de dollars américains annuellement. L’État s’est vu obligé de recourir en permanence à l’emprunt par l’émission des bons de trésor et d’Eurobonds à des taux d’intérêt mirobolants, tant sur le marché local qu’international…

Une des causes directes de cette crise fut la renonciation officielle par l’ancien gouvernement au paiement des créanciers de l’État porteur de titres d’emprunt. Cela a porté atteinte à la confiance et à la crédibilité locales et internationales du pays.

Le désistement dans le règlement des dettes s’est impacté sur les banques commerciales qui ont arrêté à leur tour le remboursement aux déposants de leurs dus alors qu’elles n’ont pas manqué de virer de grosses sommes d’argent appartenant à des CEO, des membres de leurs conseils d’administration, des personnes influentes politiquement et financièrement, vers des banques étrangères correspondantes ; ce qui a évidemment détérioré davantage la situation conjoncturelle du pays, d’autant plus que jusqu’à ce jour aucune législation sur le « capital control »  n’a été votée par le Parlement.

Ces clignotants économiques alarmants qui frôlent le cataclysme ont poussé le gouvernement à recourir au Fond Monétaire International afin que ce dernier l’oblige à la restructuration de l’ensemble des secteurs défaillants et de permettre au pays de retrouver sa place sur l’échiquier international.

Toutefois ceci reste incertain dans une situation économique aussi complexe et détériorée. La concrétisation d’un plan de sortie de crise dépend de la réalisation d’un programme complet élaboré conjointement par le FMI et le gouvernement libanais ; ceci à plus d’un niveau :

  1. Un nouvel aménagement financier dans le budget de l’État qui obligerait le gouvernement  à reprogrammer ses dépenses et surtout ses recettes (droits de douanes, TVA, impôts directs et indirects, obligation de toutes les forces politiques à se soumettre aux différents titres d’imposition).
  2. La refonte du secteur bancaire par les techniques de fusions-acquisitions, de bail-in et bail-out, de refinancement de leurs fonds propres et des garanties de bonne gouvernance.
  3. La restructuration de la BDL aussi bien au niveau de ses avoirs (actifs internes et externes) que de sa gestion et de ses rapports avec l’État d’une part, et les banques commerciales d’autre part, sans pour autant oublier la confiance que doivent lui accorder aussi bien les investisseurs libanais que les investisseurs étrangers et notamment ceux des pays du Golfe.

La question-clé reste de savoir dans quelles mesures le Liban est-il capable d’avancer les négociations avec le FMI, après plus d’un an de tergiversations se rapportant aux comptes de l’État et à ceux de la BDL ?

La réponse n’est pas aisée. Elle nécessite la soumission de tous les acteurs impliqués dans cette crise aux conditions du FMI. Sans ce passage obligé, il n’y aura pas de salut pour le Liban….

Cette situation inédite que connaît le pays nécessite, par conséquent, des solutions urgentes qui ne peuvent venir que de l’extérieur et plus précisément du FMI – les responsables à l’interne restant incapables d’entreprendre à eux seuls une quelconque initiative. 

De ce qui précède, il faut retenir que les véritables déséquilibres de l’économie libanaise, reflétant par ailleurs un côté politique en déconfiture, viennent du fait que le pays dans toutes ses composantes vit depuis des décennies au-dessus de ses moyens dans le cadre de politiques nationales non-conventionnelles et d’une mauvaise gestion qui aurait longtemps trainé. Cet état de fait, est devenu si dégradé et intenable qu’un risque d’implosion du système et par conséquent du pays-même pourrait survenir à tout moment. Il est ainsi urgent de recourir à des solutions fondamentales et structurelles afin d’éradiquer les causes de ce probable éclatement de la bulle.

Sans toutefois être ni pessimiste ni optimiste, le salut ne devrait-il pas venir d’un consensus politique indispensable à la survie de tout État ?


[1] La Banque Mondiale estime que la crise que traverse actuellement le Liban pourrait être la troisième plus grave de l’histoire économique mondiale – seuls le Chili en 1921 et l’Espagne en 1931 ont connu une crise plus violente que celle que traverse le Liban.

Source de l’illustration : Crystal Eye Studio, shutterstock


Cite this article as: ranahusseini, "La précaire restructuration économique d’un « Etat défaillant » : Cas du Liban," in Regards intérieurs, 25/01/2022, https://regardsinterieurs.hypotheses.org/287.

ranahusseini

A- Experience 1-September 2014 – till present: Sorbonne University – Abu Dhabi Law, Economics and Management Department & LEA Department – Masters / bachelor : International Business Position Title: Assistant Professor 2-October 2001 – till 2015: Saint Joseph University (USJ) –Beirut, Lebanon Faculty of Business and Management & Faculty of Letters & Human Sciences. Position: Assistant Professor 3-October 2008 – June 2009: La Sagesse University – Beirut, Lebanon Faculty of Business & Management Position: Assistant Professor 4-January 2008 – 2014: Ahli International Bank S.A.L. Head Office – Bab Idriss, Beirut, Lebanon Position: Manager / Credit Approval Department. 5-December 2003 – December 2007: Crédit Libanais S.A.L. Head Office – Sassine, Lebanon Position: Relationship Manager – Credit Department. 6-October 1998 – April 2003: Banque Libanaise pour le Commerce S.A.L. Mazraa Branch: January 2001-April 2003. Position: Commercial Supervisor B- Education 2013: PHD in Business Sciences and Management “The impact of the standardization of the principles pertaining to the risk management as applied to the Lebanese banking sector. St Joseph University (USJ), Beirut, Lebanon 1997–2000: Post Graduate Diploma (DEA) of Finance Degree in Business Administration, St Joseph University, Beirut, Lebanon. Thesis: Retail Banking. 1996–1997: Masters in Banking & Finance Degree in Business Administration, St Joseph University, Beirut, Lebanon. 1993–1996: Bachelor Degree in Business Administration, St. Joseph University, Beirut, Lebanon 1993: Lebanese Baccalaureate – Experimental Sciences, St. Joseph de l’Apparition School, Beirut, Lebanon. C- Seminars / Training Attended lots of seminars & trainings D- Languages Arabic, French & English

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search