En tête-à-tête avec Elisabeth Vauthier

Photo illustrative de Lina Kanaan, 4 avril 2020 (libre d’utilisation)

Elisabeth Vauthier est Professeure des Universités à la Faculté des langues de l’Université Lyon-3 et spécialiste de la littérature romanesque contemporaine arabe. Arrivée en septembre 2021 à Abu Dhabi dans le cadre d’une délégation recherche auprès du CEFREPA (Centre Français de Recherche de la Péninsule Arabique), nous avons le plaisir d’accueillir Elisabeth Vaulthier dans les bureaux de la Sorbonne Université Abu Dhabi.

Nous sommes donc ravies d’inaugurer “En tête-à-tête avec un chercheur“, nouvelle rubrique et rendez-vous mensuel du blog, avec un entretien avec Elisabeth Vauthier qui nous a fait le plaisir de se prêter au jeu des questions-réponses.

Pourriez-vous nous présenter votre parcours et nous expliquer votre intérêt pour la littérature arabe ?

E.V: La curiosité n’est pas toujours un vilain défaut. Elle peut être la source de belles rencontres, comme cela a été le cas pour moi à la fin des années 1970. C’est à cette période qu’en dernière année de lycée, j’ai été amenée à faire des choix pour mon orientation future. Je me suis alors rendu compte que j’avais envie de nouveauté et de découverte, que je souhaitais explorer de nouveaux univers sur les pourtours de la Méditerranée. Je me suis donc inscrite à Langues O à Paris pour découvrir des territoires que je ne connaissais que de loin.  Dépaysement assuré et découverte passionnante ! Je me suis prise au jeu et j’ai suivi un cursus « classique » en Etudes arabes à l’INALCO et à Paris IV (LMD et concours d’enseignement).

J’étais passionnée de littérature. C’est donc tout naturellement que je me suis tournée vers l’étude du roman et de la nouvelle. Mon travail a d’abord porté sur la prose moderne syrienne, avant d’élargir ma réflexion à d’autres champs arabophones, notamment à ceux de la péninsule Arabe à partir des années 2000.

Vous êtes Professeure à l’université Lyon III et vous êtes récemment arrivée à Abu Dhabi dans le cadre d’un détachement recherche. Qu’est-ce qui vous a amené à travailler aux Emirats Arabes Unis ?

E.V: La vie d’un enseignant-chercheur est largement occupée par l’enseignement et les responsabilités collectives qui ne laissent qu’une part restreinte à la recherche proprement dite. La situation a encore été aggravée par le contexte pandémique que nous subissons depuis plus de 2 ans. La délégation que j’ai obtenue auprès du CEFREPA à Abu Dhabi m’a donné l’opportunité de poursuivre mes recherches sur la littérature actuelle dans des conditions beaucoup plus favorables. Mon temps de travail est désormais essentiellement consacré à la recherche et résider à Abu Dhabi facilite l’accès aux sources littéraires et académiques. Il me permet également de rencontrer les écrivains des Emirats et de la Péninsule, de participer aux grands événements culturels et littéraires qui ont lieu et d’établir des liens de coopération avec les chercheurs spécialisés dans le domaine, même si la pandémie a complexifié les rencontres.  

Quels sont votre/vos projet/s de recherche ici ?

E.V: Ma recherche porte sur le roman actuel dans la péninsule Arabe. Ce genre connaît un développement notable depuis la fin du XXe siècle, grâce à de nouvelles générations d’écrivains qui en ont renouvelé les formes et les thématiques.  J’étudie les orientations et les thématiques que le roman en langue arabe a suivies depuis une vingtaine d’années, pour identifier les dynamiques qui ont conduit à l’émergence de nouveaux pôles de création dans la région et les choix esthétiques qui ont fait évoluer la littérature aux niveaux à la fois régional et interarabe. Le roman a ainsi acquis une liberté nouvelle, faisant fi des interdits qui dominaient le champ littéraire auparavant. Il s’inscrit dans une réflexion large sur les grandes questions qui traversent les sociétés contemporaines : le rapport à soi et à l’Autre, la place de l’individu dans le groupe, les libertés, la construction d’une modernité apaisée et accueillante…

La production romanesque de cette partie du Monde arabe s’avère sous-représentée dans le champ académique européen. En outre, les études sur le sujet sont centrées sur les littératures koweitienne, saoudienne et, dans une moindre mesure, yéménite. Mon travail vise à contribuer à une meilleure connaissance du roman de la péninsule Arabe et accorde une place aux romans publiés par des auteurs émiriens, bahreinis, qataris ou omanais.

Qu’est ce qui fait la spécificité de la littérature arabe au regard des autres littératures régionales (européenne, slave, africaine, etc.) ?

E.V: Il est difficile de porter des jugements généraux sur des champs littéraires aussi larges et diversifiés, sans risquer de tomber dans la caricature. L’on peut néanmoins souligner la relative jeunesse de la littérature moderne et les temporalités différentes qu’elle a connues en fonction des espaces géographiques. Les formes modernes de la littérature se sont en effet développées à la fin du XIXe siècle, à des époques et dans des contextes historiques différents selon les pays. Ainsi, si le roman s’impose dans le champ égyptien dès la première moitié du XXe siècle, il ne fait ses débuts aux Emirats arabes unis que dans les années 1970 et il atteindra sa maturité quelques décennies plus tard. Ces temporalités multiples éclairent les évolutions rapides qu’il connaît depuis ses débuts ainsi que la diversité des modèles et des expériences dans lesquels il puise.

Les modes d’écriture moderne ont émergé à l’époque de la Nahda, période de réinvention des normes et des modes de pensée au XIXe et au début du XXe siècles. La littérature a accompagné la réforme sociale et politique, puis la construction des Etats modernes. La dimension sociale demeure présente dans les œuvres contemporaines, comme une part de « leur ADN ». L’écrivain demeure porteur d’une vision collective, faisant de la fiction un poste d’observation des réalités sociohistoriques du monde arabe, tout autant que de ses imaginaires.

Quel regard portez-vous sur la littérature contemporaine dans la région du Golfe ?

E.V: La littérature contemporaine dans la région du Golfe témoigne d’une grande vitalité. A la fois ouverte au monde et attentive aux réalités spécifiques de son environnement, elle a évolué au cours de ces dernières décennies en bousculant les limites du dicible assignées aux auteurs et en contestant un ordre social dominant considéré comme hypocrite et liberticide. Au-delà des spécificités littéraires et sociohistoriques qui caractérisent les différents champs littéraires des pays du Golfe, l’imaginaire des écrivains exprime une aspiration commune à construire un environnement social pacifié, ouvert à l’Autre et libéral.  La vitalité de la littérature s’exprime aussi dans le choix des genres pratiqués. Pendant longtemps, la poésie a été la forme privilégiée de la création littéraire, mais ces dernières années ont consacré l’importance de la prose littéraire qui est devenue incontournable dans le champ littéraire contemporain. De même, des écrivains de la péninsule Arabe explorent des genres peu représentés de façon générale dans la production littéraire arabe, comme la science-fiction ou la fantasy. On peut noter à ce propos qu’une grande partie des œuvres publiées optent pour l’anglais comme langue d’écriture. Cette situation révèle la grande mobilité du champ littéraire régional, son ouverture à l’international et pose la question de la hiérarchie des genres et du statut du littéraire au sein du champ arabophone.

A l’image de l’auteure omanaise Johka Alharthi qui a reçu le Man Booker International Prize en 2019, est-ce que les femmes ont une voix singulière dans le paysage littéraire régional ?

E.V: Les femmes ont été largement impliquées dans l’émergence de la littérature moderne, en particulier dans les pays de la Péninsule, et elles ont été à la pointe de la contestation qui a marqué cette période. La littérature saoudienne en est une illustration parlante. Au tournant du XXIe siècle, des autrices comme Layla al-Juhani, Raja Alim ou Raja al-Sanea ont porté haut et fort les aspirations de nouvelles générations en quête de nouveaux modèles esthétiques et de nouvelles valeurs sociales. Elles ne sont pas seules et on peut aussi citer, par exemple, les noms de Layla al-Utman et Buthayna al-‘Issa au Koweit, Jokha al-Harthi, Badriyya al-Shihhi et Fatima al-Chidi en Oman, et bien d’autres.

Quelle place occupe la littérature arabe dans les pays du Moyen-Orient et du Golfe? Comment le monde arabe appréhende-t-il ses auteurs ?

E.V: La littérature arabe, comme d’autres champs littéraires, souffre d’un lectorat limité. Critiques et écrivains se plaignent régulièrement du petit nombre de lecteurs d’œuvres littéraires en langue arabe. La diffusion des ouvrages est aussi problématique, même si le développement des librairies en ligne a permis d’améliorer la situation. 

Dans le même temps, ce constat négatif est contrebalancé par le dynamisme du champ culturel : on publie de plus en plus, la scène littéraire attire toujours de nouveaux auteurs et la littérature – comme indiqué plus haut – fait preuve d’une remarquable vitalité. Les écrivains bénéficient d’une position favorable, car la littérature semble être perçue comme un espace où s’expriment des valeurs et des aspirations partagées. Témoin des réalités qui les entourent, ils réinvestissent l’Histoire et les normes contemporaines pour défendre une certaine vision du monde et ils participent à la construction de l’identité commune. Cette position leur confère un capital symbolique fort et explique en partie les efforts notables déployés ces dernières années par les Etats et les institutions, pour promouvoir et soutenir la littérature contemporaine.

Cite this article as: Equipe de rédaction, "En tête-à-tête avec Elisabeth Vauthier," in Regards intérieurs, 11/01/2022, https://regardsinterieurs.hypotheses.org/271.

Photographie : Photo de Lina Kanaan provenant de Pexels, 4 avril 2020


Equipe de rédaction

L'équipe de rédaction est composée de Maïa Hamrouni et Clio Chaveneau, Professeures assistantes à la Sorbonne Université Abu Dhabi.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search