Intelligence artificielle – Défis & Perspectives

Intelligence artificielle

L’intelligence artificielle fascine, inquiète, interpelle.

Objet de tous les fantasmes, elle a été largement appréhendée par la science-fiction même si les dérives de l’anthropomorphisme ont conduit les auteurs à lui prêter des desseins plus ou moins louables.

Dans Helen O’Loy (1938) de Lester Del Rey ou dans la nouvelle d’Otto Binder, I, Robot (1939) les robots font preuve d’empathie et éprouvent des sentiments. 

Cette analogie entre robots et humains conduira Isaac Asimov à faire montre de prudence lorsqu’il formule en 1942, dans Runaround, les célèbres lois de la robotique :

1- Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger ;

2- Un robot doit obéir aux ordres des êtres humains, sauf si de tels ordres sont en contradiction avec la première loi ;

3- Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n’est pas en contradiction avec la première ou la deuxième loi.

Au cinéma, I, Robot d’Alex Proyas (2004) illustre l’intégration des robots dans la vie quotidienne et met en scène leur rébellion lorsqu’ils décident de ne plus respecter les règles imposées par leurs créateurs. On peut également citer Ghost in the Shell (manga de Masamune Shiro) adapté au cinéma par Mamoru Oshii en 1995, Blade Runner (1982) de Ridley Scott inspiré du roman de Philip K. Dick, Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? ou encore, Iron Man réalisé en 2008 par Jon Favreau, film dans lequel le super-héros est aidé par son majordome JARVIS, une intelligence artificielle.

A l’intelligence artificielle est ordinairement associée l’idée de transhumanisme. L’humanité transformée est améliorée. Les capacités physiques et intellectuelles des individus sont augmentées. On pense à Luke Skylwalker dans l’Empire Contre-Attaque (1980) qui se fait greffer une main mécanique après un combat contre Dark Vador, à RoboCop (1987), le héros de Paul Verhoven ramené à la vie et placé dans un corps cybernétique ou aux Précogs, les humains mutants de Steven Spielberg dans Minority Report (2002), capables de prédire les crimes à venir.

Deux idéologies s’opposent. Le transhumanisme est considéré soit comme une menace, soit comme une chance pour l’humanité. Dans Bienvenue à Gattaca (1997) par exemple, Andrew Niccol nous peint une société hautement technologique et sélective qui pratique l’eugénisme. Les enfants conçus naturellement y sont considérés comme imparfaits. En revanche, dans L’homme bicentenaire (1999) de Chris Colombus, inspiré de la nouvelle du même titre d’Isaac Asimov (1976) et du roman de Robert Silverberg Positronic Man (1992), le robot NDR-113, baptisé Andrew par Petite Mademoiselle, a soif d’apprendre. Il est unique car il fait preuve de créativité. Très vite l’on se rend compte que c’est un artiste qui va pouvoir, grâce à son art, acheter sa liberté. Il finira même par découvrir l’amour. Il luttera deux siècles durant pour être reconnu en tant qu’humain. Le spectateur en retient que le concept d’humanité est relatif.

L’intelligence artificielle interroge notre essence, notre humanité. Descartes affirmait : « je pense, donc je suis ». La conscience d’être passe donc par la capacité à penser, à douter, à s’interroger. Voici ce qui semble être le propre de l’Homme. C’est ce qui nous différencierait de l’intelligence artificielle qui n’est finalement qu’une énorme puissance de calcul, un programme informatique capable d’analyser un volume important de données afin de répondre à une problématique particulière. 

Cette vision réconfortante, rassurante, s’avère réductrice. En 2016, dans le cadre du programme de recherche Google Brain, deux intelligences artificielles (Bob et Alice) ont communiqué et développé un langage crypté qu’une troisième intelligence artificielle (Eve), censée intercepter les messages, a été incapable de déchiffrer. En sécurisant de manière imprévue leurs communications, Bob et Alice ont fait preuve d’adaptation, d’apprentissage (Deep Learning) et les chercheurs ont été incapables de comprendre leurs échanges. 

Pas de panique ! Nous sommes loin des scenarii catastrophes dans lesquels les intelligences artificielles dominent le monde et où les êtres humains sont à la merci de leurs propres créations, comme dans The Terminator de James Cameron (1984). Cela pose toutefois la question de la singularité technologique, ce stade d’évolution technologique annoncé où les intelligences artificielles créeront d’autres intelligences artificielles dont les capacités dépasseraient celles du cerveau humain. Ce que Bob et Alice, les deux réseaux neuronaux de cryptographie, ont été capables de faire est une prouesse technologique. Les perspectives en matière de recherches neurobiologiques sont tout aussi importantes.

Aujourd’hui, l’intelligence artificielle est une réalité avec laquelle il nous faut composer. Elle est partout. Santé, armement, sécurité, art, finance…Le champ des possibles est tout simplement illimité.

Les intelligences artificielles étant capables d’apprendre, de créer et d’inventer, l’encadrement juridique de telles activités et du contentieux qui pourrait en découler, notamment en matière de propriété intellectuelle, est mis à l’épreuve. Cela soulève des questions d’éthique et de déontologie. Le juriste ne doit pas se laisser submerger par le décalage entre le temps long du droit et celui, nécessairement plus court, de l’évolution technologique.

Intelligence artificielle. Défis et perspectives est le premier ouvrage collectif de la collection Entertainment & Law dirigée par Eric Canal Forgues Alter et Maïa-Oumeïma Hamrouni. Il interroge l’utilisation de l’intelligence artificielle dans différents champs disciplinaires en abordant les problématiques juridiques qu’une telle utilisation soulève. S’il privilégie une approche prospective sur ce que pourrait comporter une pensée sans contradiction selon les prédictions d’Alan Turing, il propose aussi des améliorations possibles et des reformes à engager.

Cela part d’un rêve statutaire (V. Ndior) pour aboutir à une réflexion sur l’élaboration de principes ou lignes directrices portant sur des droits de la personnalité virtuelle issus de la réalité augmentée et des systèmes de reconnaissance faciale (G. Finlayson). Par-delà les questionnements relatifs au statut, à la personnalité juridique (N. Martial-Braz) et aux principes organisateurs de la réalité virtuelle, l’ouvrage introduit aux champs et plaisirs tout aussi variés de la propriété littéraire et artistique (M. Soulez), de la diplomatie en quête d’outils visant à améliorer l’environnement économique et sécuritaire international, tant au plan global (C. Bjola) que régional (N. Janardhan), sans oublier les interrogations qui pourraient résulter d’une délégation de nos activités artistiques et, plus généralement, de nos créations intellectuelles à des machines, comme le montrent les discussions menées autour du colloque du 19 septembre 2019 organisé par le Professeur Nathalie Martial-Braz à l’Université de Paris (Paris Descartes) avec la participation de Mélanie Clément Fontaine, Julien Cabay, Georgie Courtois et Celia Zolinski.

Ainsi que l’a un jour dit, de façon peut-être un peu cryptique, Ronald Rumsfeld, ancien Secrétaire américain à la Défense : « As we know, there are known knowns ; there are things we know we know. We also know there are knowns unknowns; that is to say, we know there are some things we do not know. But there are also unknown unknowns – the ones we don’t know we don’t know […] it is the latter category that tends to be the difficult ones[1]”.

L’intelligence artificielle est cette catégorie difficile qui rend le « Ce que je sais, c’est que je ne sais rien » de Socrate encore plus actuel.

Intelligence artificielle – Défis & Perspectives, Eric Canal Forgues Alter et Maïa-Oumeïma Hamrouni (dirs.), Coll. Entertainment & Law, Bruxelles, Bruylant, 2021, 208 p.

Version numérique disponible sur :

  • Strada lex Belgique
  • Strada lex Luxembourg
  • Strada lex Europe

[1] Cela n’est pas sans rappeler la thèse de William Van Orman Quine, communément connue sous le nom de « la barbe de Platon », dans son célèbre article de 1948 « On What There Is » in the Review of Metaphysics 2(5), 1948 : « This is the old Platonic riddle of nonbeing. Nonbeing must in some sense be, otherwise what is it that there is not? This tangled doctrine might be nicknamed Plato’s beard; historically it has proved tough, frequently dulling the edge of Occam’s razor.”

Cite this article as: Maia Hamrouni, "Intelligence artificielle – Défis & Perspectives," in Regards intérieurs, 13/10/2021, https://regardsinterieurs.hypotheses.org/234.

Maia Hamrouni

Professeure Assistante de Droit à la Sorbonne Université Abu Dhabi

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search