Les raisons de la haine. Histoire d’une passion dans la France du XVIIe siècle

Yann Rodier, Les raisons de la haine. Histoire d’une passion dans la France du premier XVIIe siècle, Préface de Denis Crouzet, Ceyzérieux, Champ Vallon, 2020[1].

Cet ouvrage a reçu le Prix du XVIIe siècle 2019 décerné par la Société d’Etude du XVIIe siècle.

Publié en janvier 2020 aux éditions Champvallon, cet ouvrage est le résultat d’un travail de thèse réalisé sous la direction du Professeur Denis Crouzet. Il s’inscrit dans le cadre de travaux pluridisciplinaires qui se sont multipliés ces dernières années autour de l’étude des émotions. Les sciences cognitives – neurosciences, sciences du cerveau, psychologie et sciences biologiques – ont posé le premier jalon du renouveau de l’étude des émotions, celles ressenties et vécues par un individu. Les sciences sociales ont aussi investi ce champ en privilégiant l’idée que les émotions seraient construites et produites par le contexte social et politique que l’anthropologie, l’ethnologie, la sociologie et la philosophie ont mises en valeur. Le tournant pour une histoire des émotions a été pris par la médiéviste Barbara Rosenwein avec son étude sur la colère, Anger’s past (1999) et son article fondateur qui pose les jalons problématiques pour écrire l’histoire des émotions[2].

L’idée n’est pas tant ici de reconstituer l’émotion vécue de la haine mais de restituer l’imaginaire de cette passion. Cet ouvrage se veut donc une introduction à l’histoire des passions, de leur décryptage et de leur théorisation, mais aussi à l’histoire des émotions collectives et publiques. Les raisons de la haine font voir les rouages de sa fabrique dans un contexte donné, celui du XVIIe siècle. Siècle des Saints, siècle des moralistes, siècle de la Raison, autant d’appellations qui ont longtemps caractérisé celui que l’on nomme aussi le Grand Siècle. Pourtant, le XVIIe siècle est aussi celui du siècle de fer, marqué par une succession de guerres, de révoltes et de violences à répétition. L’héritage traumatique de huit guerres de Religion qui se sont succédé au XVIe siècle s’est traduit par une obsession, celle de savoir comment conjurer le retour des passions fratricides dans la cité. La haine entre catholiques et protestants, exprimée au rythme de massacres commis au nom de Dieu, semble avoir façonné la psyché collective[3]. La hantise d’une reprise des guerres civiles, après un demi-siècle de déchirements, explique que l’on veuille déterminer l’origine de la violence et trouver des solutions pour l’enrayer.

Naissent ainsi une science et une anthropologie nouvelles des passions, identifiées comme les causes du dérèglement tragique des sociétés et du monde. L’une de ces passions suscite en particulier l’attention des contemporains, la haine, avec tout l’éventail des accessoires qui la relaie : la peur, la colère, les soupçons, les rumeurs, la violence, les mots assassins, les émotions populaires… Notion polysémique, la haine est un condensé d’expressions, d’attitudes et d’humeurs. Elle est à la fois une passion, une émotion, une idée, un imaginaire, une construction, un fantasme, une expression tantôt rationnelle, tantôt irrationnelle… D’où la difficulté pour l’historien de l’appréhender. Et pourtant, nulle source d’histoire, nul fait historique, ne sont totalement dépourvus de marqueurs émotionnels. Quand l’historien Lucien Febvre proposa dans un article fondateur de « reconstituer la vie affective d’autrefois » en 1942, à l’heure où la politique de l’émotion se substitue à celle de la raison, il comprit l’importance joué par les passions dans la construction tragique de l’Histoire !

Cette vaste ambition de réformer le corps de l’individu comme celui du corps social et politique a pour objectif de pacifier les mauvaises passions. Le rôle du souverain, perçu comme un Prince capable de gouverner avec raison, serait seul capable de modérer les passions du peuple et d’éviter leur dérèglement tragique dans la cité. Les révoltes populaires, qualifiées à l’époque d’émotions publiques, justifient la naissance de l’absolutisme, un pouvoir fort, seul antidote politique au déséquilibre des humeurs, diagnostiqué par les médecins du corps social.

L’Etat moderne se construit ainsi par sa maîtrise de plus en plus grande des outils de médiatisation de l’information. L’émergence d’un ressentiment national, celui de l’anti-hispanisme, constitue une passion d’Etat omniprésente que les plumes au service des cardinaux-ministres, Richelieu et Mazarin, relaient dans l’espace public. Le contrôle des passions, particulièrement la haine publique, dans le contexte de la guerre européenne de Trente Ans (1618-1648), fait naître ce régime émotionnel de la politique d’Etat, tantôt orientée contre l’Anglais, le Turc, l’Italien ou l’Espagnol. Les campagnes de presse initiées par le pouvoir royal contribuent à construire et à nourrir la haine publique contre un étranger bouc-émissaire, assimilé à une menace nationale. Un sujet toujours d’actualité. Si le ministre d’Etat est défini par Richelieu comme celui capable d’étouffer ses propres passions par l’usage de la raison, il impulse aussi ce régime politique de l’odieux, pour justifier l’orientation impopulaire de sa politique extérieure. Passion et raison d’Etat constituent les fondements d’un nouvel art de gouverner, l’absolutisme royal, capable en théorie d’éviter, de canaliser ou d’orienter les émotions populaires.

La prise de conscience du rôle joué par les passions de l’âme humaine, au siècle de la raison cartésienne, est finalement une invitation d’actualité à regarder autrement l’emprise et l’empire des passions dans notre représentation souvent déformée et stéréotypée de l’autre…


[1] http://www.champ-vallon.com/yann-rodier-les-raisons-de-la-haine/

[2] Barbara Rosenwein, “Worrying about Emotions in History”, The American Historical Review, 2002, vol. 107, issue 3, p. 821-845.

[3] Denis Crouzet, Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion. Vers 1525-1610, Seyssel, Champ Vallon, 1990.

Cite this article as: Yann Rodier, "Les raisons de la haine. Histoire d’une passion dans la France du XVIIe siècle," in Regards intérieurs, 28/10/2021, https://regardsinterieurs.hypotheses.org/222.

Yann Rodier

Head of History department and Assistant Professor - Sorbonne University Abu Dhabi

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search